Poster électronique

La pyélonéphrite xanthogranulomateuse pseudo-tumorale : les difficultés diagnostiques. A propos de 15 cas
S. Sallami, Y. Nouira, Z. Fitouri, A. Horchani - Tunis - Tunisie
Congrès 2008
Résumé
Objectifs
Nous rapportons une analyse rétrospective de 15 cas de pyélonéphrite xanthogranulomateuse (PXG) pseudo-tumorale en insistant sur les difficultés diagnostiques.
Matériels et méthodes
Nous avons revu rétrospectivement 15 cas de PXG pseudo-tumorales confirmées histologiquement. L'âge moyen des patients était de 55,7 ans (25 - 68 ans). Il s'agissait de 9 hommes et 6 femmes. Les signes cliniques, les résultats biologiques et radiologiques (échographie, UIV, TDM, IRM) ont étéévalués.
Résultats
Tous les malades se sont présentés pour des lombalgies, associées à une fièvre dans 6 cas (40 %), une hématurie totale dans un seul cas (7 %) et une altération de l'état général dans 5 cas (33 %). La biologie a montré une hyperleucocytose dans 7 cas (47 %) et un syndrome inflammatoire dans 2 cas. La fonction rénale était normale dans tous les cas. Sept patients présentaient une infection urinaire. L'urographie intraveineuse a objectivé une lithiase rénale dans 8 cas et un syndrome de masse dans 7 cas. L'échographie rénale a trouvé une masse hypoéchogène, hétérogène dans 11 cas, un kyste suspect dans 3 cas et une hydronéphrose dans un cas. Le scanner abdominal a montré une tumeur parenchymateuse hypodense et faiblement rehaussée en périphérie avec une extension à la graisse péri-rénale dans 4 cas. Le diagnostic pré-opératoire était une tumeur rénale dans 8 cas, un kyste séreux infecté dans un cas, un kyste hydatique dans 3 cas, une pyonéphrose dans 2 cas et une hydronéphrose dans le dernier cas.
Conclusion
La PXG pseudo-tumorale est une entité de diagnostic difficile. Elle pose un problème de diagnostic différentiel essentiellement avec le cancer du rein imposant le plus souvent la néphrectomie. La confrontation des données clinico-biologiques et radiologiques (essentiellement la tomodensitométrie) permet de poser le diagnostic surtout en présence de lithiases ou d'antécédents d'infection urinaire.
Remonter
 
Evaluer et/ou déposer un commentaire
Nom :

 
Email :
Votre note : 
Commentaire :
 
Remonter
 
Vos commentaires (8)
Commentaires de 1 à 5
Tout afficher

2014-09-23 11.37 :
fourati

Plus court tu en meurs ! médiocre

2014-02-27 17.37 :
njeh

travail médiocre sans aucun effort ni apport; décevant

2010-07-11 06.52 :
decourcelle

cours court

2009-02-23 12.03 :
jarno

clair

2008-10-28 10.52 :
hakim

BIEN
Remonter
73
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM