Poster électronique

L’aéro-embolie cérébrale en plongée existe-t-elle vraiment ?
PE. Laurent, M. Coulange, A. Boussuges, F. Cohen, PH. Rolland, C. Bartoli, MD. Piercecchi, V. Vidal, G. Gorincour - Marseille - France
Congrès 2011
Résumé
Objectifs
Déterminer, après un décès en post-plongée, la cinétique d'apparition en scanner des gaz intra-vasculaires liés d'une part à la putréfaction et d'autre part à la dénitrogénation des tissus, et d'évaluer l'impact des manœuvres de réanimation sur cette cinétique d'apparition.
Matériels et méthodes
Une étude expérimentale contrôlée a été menée chez 9 porcs. Trois groupes de 3 cochons ont étéétudiés en scanner post-mortem de H0 à H24 : 1 groupe témoin, 1 groupe exposéà l'hyperbarie sans barotraumatisme, 1 groupe avec manœuvres de réanimation cardio-pulmonaire. L'étude du gaz intra-vasculaire a été réalisée en tomodensitométrie et corrélée aux résultats de l'autopsie.
Résultats
Les porcs soumis à l'hyperbarie, en l’absence de barotraumatisme et du seul fait de la dénitrogénation, présentent dans les trois heures suivant le décès du gaz intra-vasculaire artériel. Ces gaz de dénitrogénation sont également de topographie veineuse. Aucun gaz intra artériel de putréfaction n'est observé durant les 24 premières heures post-mortem.
Conclusion
L'apparition de gaz artériel de dénitrogénation post-mortem est précoce et la présence de gaz intra-artériel ne permet pas de retenir de manière spécifique le diagnostic d'embolie gazeuse.
Remonter
 
Evaluer et/ou déposer un commentaire
Nom :

 
Email :
Votre note : 
Commentaire :
 
Remonter
41
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM