Poster électronique

Séquences de diffusion versus séquences dynamiques LAVA en pathologie ovarienne
S. Abi Khalil, L. Nabhane, O. Helweh, C. Razzouk, T. Smayra, D. Atallah, M. Ghossain - Beyrouth - Liban
Congrès 2010
Poster
3
1 votes.
Vu 8 fois.
Résumé
Objectifs
Evaluer l'apport des séquences de diffusion comparées aux séquences dynamiques LAVA en pathologie ovarienne.
Matériels et méthodes
Protocole d'IRM gynécologique comprenant des séquences dépendantes du T2, du T1 et du T1FS, une séquence dynamique LAVA et deux séquences de diffusion en b500 et b1000. Un cancer de l'ovaire, 3 cystadénofibromes, 8 cystadénomes, 12 endométriomes, 5 kystes dermoïdes, 1 struma ovarii, 1 tumeur endocrine de l'ovaire.
Résultats
La tumeur endocrine bénigne a une prise de contraste supérieure à celle du cancer au temps artériel et un CDA voisin de celui du cancer. Le struma ovarii bénin a une prise de contraste comparable au cancer mais un CDA nettement plus élevé. Les tumeurs bénignes de type cystadénofibrome ont une prise de contraste nettement inférieure à celle du cancer et du myomètre et un CDA variable parfois inférieur à celui du cancer mais le plus souvent supérieur. Le CDA des liquides n'a pas de valeur diagnostique et le diagnostic de dermoïdes et d'endométriomes se fait sur les séquences classiques.
Conclusion
Le diagnostique différentiel des tumeurs ovariennes ne peut se passer des séquences classiques, d'une bonne séquence dynamique et la diffusion peut être d'un apport diagnostic dans certains cas.
Remonter
 
Evaluer et/ou déposer un commentaire
Nom :

 
Email :
Votre note : 
Commentaire :
 
Remonter
 
Vos commentaires (7)
Commentaires de 1 à 5
Tout afficher

2012-07-23 21.44 :
GHRISSO

merci

2012-07-23 21.44 :
GHRISSO

merci

2012-07-23 21.44 :
GHRISSO

merci

2012-07-23 21.44 :
GHRISSO

merci

2012-07-23 21.44 :
GHRISSO

merci
Remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM